De Tarfaya à Layouune

Publié le par Mickael

Je me suis levé nauséeux, fatigué, courbaturé, et j'ai cru sentir tout le poids qu'il y avait à vivre dans une ville dont le sable fait tout pour ralentir l'activité. Ici le sommeil est un ensablement. En quelques coups de pédale, on est de nouveau dans le néant avec un léger sable qui fuse et tourbillonne sans plus jamais trouver d'obstacle. J'ai presque tout fait d'une traite jusqu'à Layouune et n'ai positivement rien vu qu'un petit village torpide, à 50 km, un camping un peu plus loin, une station essence à l'abandon, et , quand même , un immense sebkhat circonscrit par des falaises vertes et poudreuses comme des meringues. Et puis Layouune, enfin contre laquelle le plateau saharien vient buter en y perdant son élan. Le tout dans la même posture, nez dans le guidon, pour ne pas trop sentir cette espèce d'inertie de la route, trop droite, trop longue, trop déserte avec de part et d'autre un paysage uniforme et décoloré, ainsi qu'un traffic aujourd'hui quasi inexistant. Nous avons tout le loisir, un couple d'allemands et moi-même; de deviser chemin faisain et, dois-je ajouter, chemin nous encombrant. Au bout de 5 minutes, la route est toujours à nous, complaisante. Les deux finissent par me dépasser, se rangent un peu plus loin sur le bas côté pour me prendre en photo. Quelques  regards encore à accrocher, tout de même.:: Deux paires d'yeux brillant comme des éclats de quartz au milieu des cailloux: deux femmes entièrement couvertes du voile et du caftan qui s'intriquent l'un dans l'autre de sorte qu'il n'y reste plus qu'une fente pour les yeux. Des ouvriers de voirie qui creusent, remblayent, goudronnent. Un homme seul, chiffonnier noirci qui martèle un vieux baril d'essence. Le conducteur d'un camion qui ramasse son chargement d'oranges, pêle mêle sur la route. Tout cela sur la scène démesurément ouverte et minimaliste du désert. J'ai l'impression de recenser un à un les personnages d'un incommensurable huit-clos. Heureusement qu'il y a ce fil conducteur de la route et cette impression grâce à elle qu'un jour le rideau va se baisser sur cette désolation. Voilà celui de Layouune.

SUITE PR PLUS TARD

Publié dans cyclotropisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

yves 17/12/2006 04:13

Vieux chameau à deux roues,pédale au rythme,des cliquetis caplotant du soleil,les rayons scintillant ....même sous l\\\'éclat de la Lune A Bosse au repos. Ressort dessiné dans le vide, prêt à se détendre en retour, Les mouettes de L\\\'ill observant la ville, côte à côte, en attendant le départ  poursuivre le Rhim. Les roches craquent elles la nuit lorsque tu t\\\'endors?Les cumes est proche et lembrunt se mêlent ils à l\\\'odeur du sable chaud?La corne de brume sonne toujours assez loin et les klaxons et mobilettes,et le fleuve en continu coule ou vient se poser parfois au printemps un héron.

gustave faublert 16/12/2006 20:06

salut jeune vttpoète 5  vitesses "Sur le sable se voient parallelement plusieurs sentiersqui serpentent (.........)largent places de sables jaune et comme vernies par une laque de terre de sienne; ce sont les endroits où les chameaux s\\\'arrètent pour pisser."gustave 

Matthieu 16/12/2006 02:26

  Je passe dès que possible sur google earth pour voir où il en est arrivé, et il m'a dit qu'il pensait être a Dakard pour le 31... Je suis confiant! ( il lui est arrivé de faire 150 km/jour).

Fabien 13/12/2006 17:28

Salut Micka !  Bien sympa d'avoir de tes nouvelles! Ca va c'est supportable le sable 24/24 ? Je te souhaite bon courage, en tout cas, pour faire la route dans ces conditions (la seule expérience que j'ai du sable fouété par le vent c'est sur la plage, et déjà ca fait bien mal....)De mon coin de France, voir tout ces paysages c'est toujours un plaisir. Merci de nous faire partager çà !Bonne routeFabPS: pour Mat... je sais pas si t'as regardé la carte mais moi un petit google earth m'a donné à vol d'oiseau 1577 km. Sans vouloir décourager micka, je crois que c'est pas super faisable (à part si un mec du Paris Dakar te prend en stop t'as ptet des chances mais je crois que la course part plus tard :) ). Par contre, tu dois pouvoir demander à ta copine de laisser le paquet en poste restante...ca se fait je crois non ? Y peut etre une durée limite par contre.

Matthieu 11/12/2006 08:05

Yeah Micka, je viens d'apprendre qu'une ami de polyphoto sera a Dakar du 26 décembre au 9 janvier!! Est ce que tu penses que tu pourras etre la bas entre ces dates? Elle pourrait t'héberger si tu veux, elle a de la place.Bref, si tu peux etre la bas, je lui filerai un cadeau de Noel a te donner!