Dormir sur une corne a Pampelune

Publié le par Mickael

Nous sommes arrives par le nord a Pampelune. Vue de la ville du haut des croupes suburbaines. Le soleil y plonge comme dans une arene . Ole! Nous ne nous attendions pas a une ville de cette dimension. Des edifices religieux partout decoupent campaniles et clochers sur un ciel hemorragique. Il faut pedaler entre chien et loup a la recherche d´un endroit ou dormir. Vincent et moi nous sommes separes. Chacun va prospecter de son cote. J´avise pour ma part le seminaire. Une jolie receptionniste me donne un plan de la ville et m´explique dans un francais irreprochable la route pour me rendre a la alberge de las adoritas, une auberge pour les pelerins de Saint Jacques. La-bas, je suis refoule par un cerbere ( en fait c´est une dame , assez peu conciliante ) qu´il faut etre muni de tel papier, sesame que je n´ai pas, stipulant qu´on a bien en bon catholique itinerant, rempli les etapes et tamponne son papier par toute une volee de pretraille. Bref, il faut montrer patte blanche et jouer dans les regles son chemin de croix . A lourde , j´avais fini par avoir l´aval du receptionniste du village de jeunesse catholique, un peu reticent, et reussi a planter ma tente a cote de la section repondant au nom de Jerusalem. J´y suis entre en selle, un peu comme Jesus finalement , bicyclette au lieu du bourricot. Ce coup ci, malgre l´intercession d´un indien qui nous sert de traducteur ( je lui parle en anglais ), les 7 sceaux resteront hermetiquement clos. Pas grave. On se passera du bon dieu pour ce soir. Sans rancune. Selon l´etat de fatigue, cela peut etre le paradis de dormir sur un banc.  Quelques minutes plus tard, retour au point de depart, le seminaire qui surplombe un rio environne de parcs. Un gars est affaire sur un velo, charge comme une mule. On dirait qu´il ne sait pas ou dormir.  C´est Vincent.  Mort de rire. Une derniere nuit ensemble, vautre sur une bache dans un terrain vague a la lisiere d´un parc enfin deserte par les joggeurs tardifs, guettant l´aboi des chiens et de la guardia civil. Je n´ai dormi que sur une corne.

Publié dans cyclotropisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article