" Et comme un long linceul trainant a lŽorient..." ( Baudelaire )

Publié le par Mickael

Maintenant la lumiere rase la campagne, l´affine au biseau. Les grands heliotropes hochent la tete. Le ciel s´empale sur les pousses de mais , en rangs serres comme des hallerblades . Le couchant s´epanche sur les baionnettes aigues des peupliers . Lumiere hemorragique. Ciel d´enluminures , comme on en voit sur les manuscrits medievaux. La sierra de " los Pahadillas " au loin ecrit l´horizon en lettres gothiques. Demain saille au fond cu ciel. J´arrive recru de fatigue, a l´oree de Coronel Pringles. Le gerant d´une station essence me remet de bonne grace les cles d´une remise, ramassis de bric et de broc, outils gaines de poussiere, statues mutilees , ou je me mets a mon aise. Par les fenetres brisees, par la porte grande ouverte, le soir exhaustif entre et s´epand comme une tache d´huile sur le sol. Ma  radio exhume en grasseyant les victimes de la dictature. Tango des annees noires. Maintenant la nuit tient la ville dans ses serres.

Publié dans cyclotropisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article