voili voilou voilier

Publié le par Mickael

et ben l'air de rien av mon biclou et ma vitesse de vieux mollusque j'ai fini par arriver a Dakar . J'ai jamais perdu le sud et j'ai tout doucement vu la lune culbutée de latitude en latitude , jusqu'à ce qu'elle prenne en sa moitié l'inclinaison d'un hamac accrochée entre la queue d'un scoprion et l'appendice d'une licorne. Maintenant je suis tout tassé dans cet angle du monde , à  comprendre que tout cela n'est pas du à un simple décollement de rétine , et j'attends ma caravelle pr passer dans le Nouveau monde pendant que des galions halés sur le rivage déchargent des pleines cales d'or et de souvenirs.

" Les fleuves m'ont laissé descendre où je voulais " ( Rimbaud )

Merci pr les messages , vonvon , Lucie, Xa , Benoit , Ben et consort , prospérité à tous pour cette nouvelle année,  prospérité comme il en pleut comme il en prie sur les lèvres sur les berges du Sénégal .

et mes plus plates excuses si j'y ai si rarement répondu . C'était cette franche accolade du vent dans le dos , c'était ce gué pr étreindre l'autre rive . Amitié comme une cotte de maille  , un piton planté dans une glace  qui crisse à l'approche du risque  .

Je suis en rade au port où baillent les falots

C'est une nuit bientôt d'ébène et de rideau

Qui ne se lève plus qu'on ait crié " A flot ! "

Que chaque digue cède autour de ce huit clos

Qu'une ombre noire effraie le touriste en son dos

 

Verroterie des vers et plutot que Senghor

Ceux de Césaire sont des tessons qui surnagent

au plus près du miroir avant qu'on s'y dérobe

Une cangue mi close un souffle qu'on flibuste

Le crime en croix remis cloué à chaque vers 

Publié dans cyclotropisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mic 16/01/2007 17:37

coco chanel ou Baudelaire ?Je n'ai pas encore ouvert ces cadeaux des rois mages. Mon odorat de mollusque est bien incapable de distinguer l'odeur du varech de celle du musc .ou du thym.Mais Gustave que cette prose fleure bon ! je t'envoie en échange dans un flacon hermétique , des échantillons de bouse de dromadaire et d'alges vertes. Voilà ce qui persiste ds mes narines . J'ai pas mal lutté contre les miasmes . Lucie ta prose a plus le déhanché dyonisiaque du Sénégal que celui du Rhin . tu as le bon tempo !Mais le " rhin ivre " d'Apollinaire me manque .  Le carillon des cloches aussi .Faisons dans la confluence .

gustave faublert 12/01/2007 11:11

Au frais matin tranquille, au soleil levant, quand j'ouvre ma tente, une boufée de parfum m'arrive avec l'air du dehors, si violente qu'il semble qu'on soit venu briser devant ma porte un vase d'aromates.Et toute cette triste vallée de granit est embaumée ainsi, comme un temple d'orient.Ses rares petites plantes pâles, qui étaient exténuées de sécheresse, ont repris vie sous les ondées de la nuit et répandes à présent leur senteurs comme des casserolettes innombrables; on croirait que l'air est rempli de benjoin, de citronelle, de géranium et de myrrhe......

lucie 04/01/2007 11:07

sénégal sénégal pour moi tu n'es qu'idéesénégal sénégal ton lac rose surannésénégal sénégal tes boubous enflamméssénégal sénégal je n'ose t'imaginerdu bas de mon Allemagne verte et désenchantéesénégal sénégal porte l'homme au vélo, donne lui le souffle et les motsdonne lui l'élan et fait qu'il tourne le mondequ'il tourne et retourne le mondevieille bouteille maintes fois vidée mais toujours pleinefais ô Sénégal qu'il détourne le mondevers l'ouest, vers l'ouest, qui du haut des falaises de trézien nous semble infranchissable !

Matt 03/01/2007 21:18

 Bonne annee a tous? As tu recu ma lettre et mon cadeau? Jespere que tu les as!
Bon courage pour la suite!