Hic et Nunc

Publié le par Mickael

                                                                              Hic et nunc

                                                

                                                      Maintenant c'est la barque acquitteé de ses quais

                                                      Il fait bon se sentir un coeur à ciel ouvert

                                                      Et le pouls passager là comme un oiseau vers

                                                      Une destination longtemps prévariquée

 

                                                      Maintenant c'est mes mains coupoles d'Ispahan

                                                      Ou berbère entrelac d'oueds et de zelliges

                                                      Avec toi mon étoile et toi mon ombre lige

                                                      Je retrouve un écho lointain de Canaan

 

                                                      Pourtant parfois je vois décroître cette lune

                                                      Des seins perdent leur lait dans le ciel incompris

                                                      Dans les champs de sorgho qui cherche bouche au cri

                                                      Et ses astres éteints dans la fosse commune

 

                                                      Ici-bas maintenant je livre à mes semblables

                                                      Tout ce que j'ai de faim de soif et de frontières

                                                      Sourates et mantras sourires et lumières

                                                      Préserveront mon coeur du risque qu'on l'ensable

Publié dans cyclotropisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mica 19/10/2006 19:22

Placarder le rejet aux palissades.
Resister aux contraintes de la societe
J´ai pense a ton poeme Mat en m´abimant dans les yeux de cette indienne et de petit famelique africain. Ici sur la grand place les touristes ont trop de temps les touristes ont trop de bouffe alors ils donnent le tout aux pigeons.
Et le ciel au dessus de leur tete est ballonne comme un ventre qui n´a plus mange depuis son entree dans les limbes.
Les photos dont je parle sont dans l´album photot VALENCE.

Mica 19/10/2006 19:17

Detonnant !
Ca c´est bon. Le souffle d´un manifeste, l´ecriture avec des contours nets et precis, le tout qui donne l´impression d´avoir longtemps muri, comme un vin dans les chais, comme un cliche dans une chambre noire.
J´adhere!

Mat 13/09/2006 23:33

En silence d’une photo
 
Dépeindre, le pouvoir de réagir et atteindre
Répondre, disperser les clichés sans tricher
Recadrer, étonner, chercher à révolter
Fonder l’indestructible et le renforcer d’idées
Refondre les solides, liquider les préjugés
Garder un objectif sans se restreindre
Attendre la bonne lumière et s’éteindre
Sauver le sujet de la noyade
Placarder le rejet aux palissades
Souligner, exagérer, certifier informe
Mettre aux poings de nouvelles normes
Approfondir le champ d’action
Repérer et immortaliser la tension
Résister aux contraintes de la société
Vaincre le nombre par la qualité
Finalement,
Elever les verbes quand la verve est frustrée:
Combattre et photographier.

Ben 29/08/2006 11:14

Bon vent Mick!
Continue d'écrire, ta prose est toujours aussi luxuriante et c'est un plaisir de la lire. Courage pour cet incroyable défi!
Ben